<?xml version="1.0" encoding="utf-8"?> Fer et Savoir-Faire, patrimoine industriel, vallée de l'Ouzoum et plaine de Nay http://www.feretsavoirfaire.org/ L'association Fer et Savoir-Faire a pour but de rechercher, mettre en valeur et faire connaitre les sites miniers et métallurgiques et les savoir-faire de la région de la vallée de l'Ouzoum (ou Ouzom) et de la plaine de Nay. fr SPIP - www.spip.net Les seigneurs de Louvie (1407-1963) http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article66 http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article66 2016-08-04T10:56:00Z text/html fr Émile Pujolle 2 Les maîtres de forge Une liste commentée des seigneurs de Louvie-Soubiron depuis 1512 et de leurs successeurs jusqu'en 1963. - <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?rubrique18" rel="directory">2 Les maîtres de forge</a> <div class='rss_chapo'>La possession de la seigneurie de Louvie-Soubiron qui incluait la fameuse <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article19" class="spip_in">mine de Baburet</a> fut un des piliers de la puissance et de la richesse des Incamps puis de leurs héritiers, les Angosse, les plus connus des maîtres de <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article18" class="spip_in">forges de la vallée de l'Ouzom</a>. Leurs successeurs, jusqu'à la Société des Mines de Baburet étaient encore, en 1963, propriétaires de la mine de Baburet et de 85 % du territoire de Louvie-Soubiron.</div> <div class='rss_texte'><p class="spip">Le titre de maître de forges peut paraître pompeux pour désigner les propriétaires des moulines à fer ou <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article58" class="spip_in">forges à la catalane</a> de la <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article30" class="spip_in">vallée de l'Ouzom</a> et de sa voisine d'Ossau. Mais ces usines ont fait vivre mineurs, charbonniers, ouvriers des forges, transporteurs et artisans, par centaines. Et assuré, pour une part, la fortune des Incamps et des Angosse. Ces « maîtres de forges » étaient propriétaires des forges qu'ils faisaient « battre » en les affermant à des « fermiers » qui eux-mêmes en confiaient la gestion à un commis. Peu d'entre eux dirigèrent directement leurs usines.</p> <p class="spip">Au cours des siècles, les premiers « seigneurs de Louvie », suivis de cinq générations d'Incamps et trois générations d'Angosse monopolisèrent peu à peu la production de fer en Ossau et dans la vallée de l'Ouzom en éliminant leurs concurrents par achat ou par contestation en justice de leurs droits et de leurs terres. Ils concentrèrent entre leurs mains les mines, les forges, les forêts, de vastes territoires et soutinrent d'innombrables procès avec les communautés pour préserver leurs droits et privilèges. Ils réussirent notamment, après la Révolution, à transformer leurs droits seigneuriaux de l'Ancien Régime en titres de propriété reconnus par les tribunaux.</p> <p class="spip">Après la vente, en 1906, du domaine d'Angosse par Gabrielle d'Angosse, épouse du vicomte de Borelli, les acheteurs successifs s'inscrivirent dans la même logique. C'est ainsi que la commune de Louvie-Soubiron, en conflit avec les seigneurs de Louvie et leurs successeurs depuis 1407, ne réussit qu'en 1963 à racheter sur son propre territoire, les 2274 ha du domaine d'Angosse, sur une superficie communale totale de 2666 ha.</p> <p class="spip"><a name="Louvie"></a> <strong class="spip">Les seigneurs de Loubie</strong> [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-1" name="nh4-1" id="nh4-1" class="spip_note" title='[1] Liste établie d&#39;après J.B. Laborde, « La mine de fer de Baburet et les (...)' >1</a>]</p> <dl class='spip_document_315 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Cadastre_Louvie.jpg" title='JPG - 388.4 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L120xH80/Cadastre_Louvie_VIGNETTE-2da56.jpg' width='120' height='80' alt='JPG - 388.4 ko' style='height:80px;width:120px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Cadastre de Louvie (1813)</strong></dt> <dd class='spip_doc_descriptif' style='width:120px;'>Tableau d'assemblage</dd> </dl> <p class="spip">La <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article14" class="spip_in">ferrere de Lobie</a> - la forge de Louvie-Soubiron - était située en vallée de l'Ouzom, un peu en amont des Herrères d'Aucun (Ferrières à partir de 1790), au pied de la mine de Baburet, rive gauche de l'Ouzom. Or, cette rive gauche appartenait, depuis des « temps immémoriaux », le XIIe siècle probablement, aux seigneurs de Louvie [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-2" name="nh4-2" id="nh4-2" class="spip_note" title='[2] Ce plan date de 1813, il entérine des limites territoriales fixées depuis (...)' >2</a>]. Ceux-ci se prétendirent toujours propriétaires - et non pas seulement seigneurs - de la quasi-totalité du territoire de Louvie-Soubiron. Ils gagnèrent, depuis 1407, tous les procès que leur intenta la communauté de Louvie-Soubiron.</p> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> La seigneurie de Loubie existe, au moins, depuis le XIIe siècle. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1512 : François de Loubie, seigneur de Louvie-Soubiron, sénéchal de Béarn, fait reconstruire la « ferrere de Lobie ». <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1534 : Jean de Loubie, seigneur de Louvie-Soubiron, ruffebaron [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-3" name="nh4-3" id="nh4-3" class="spip_note" title='[3] En 1538, Jean de Louvie se présentait comme « premier ruffebaron du Béarn (...)' >3</a>] de Louvie-Soubiron, fils de François. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1548 : Jacques d'Arros, neveu de Jean de Loubie. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> xxxx : Henri de Louvie, fils de Jacques d'Arros. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1590 : Henri de Rivière, seigneur de Lendros [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-4" name="nh4-4" id="nh4-4" class="spip_note" title='[4] Il s&#39;agit d&#39;un fief dont la localisation reste à déterminer. Ce n&#39;est sans (...)' >4</a>] , l'un des héritiers d'Henri de Louvie. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> xxxx : Jean de Rivière, fils d'Henri de Rivière. C'est lui qui céda par contrat d'échange, en 1612, tous les droits des seigneurs de Louvie-Soubiron à Henri d'Incamps.</p> <p class="spip"><a name="Incamps"></a> <strong class="spip">Les Incamps</strong> [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-1" class="spip_note">1</a>]</p> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1588 : <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article21" class="spip_in">Antoine d'Incamps</a>, fait rebâtir la <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article27" class="spip_in">forge d'Asson</a> et l'exploite avec le <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article16" class="spip_in">minerai de l'Arreulet</a>. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1612 : Henri d'Incamps, fils d'Antoine, passe contrat d'échange avec Jean de Rivière : il échange le château d'Arudy contre les seigneuries de Louvie et Listo qui formèrent peu après la ruffebaronnerie de Louvie-Soubiron. Par cet acte il obtient, entre autres droits et possessions, la mine de Baburet. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1628 : <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article114" class="spip_in">Louis d'Incamps-Louvie</a>, fils d'Henri, fut fait marquis de Louvie-Soubiron. Il développa et modernisa les forges de la vallée de l'Ouzom : vers 1663, il fit remplacer les soufflets de la forge d'Asson par des trompes. À la même époque il fit construire, également avec des trompes, la nouvelle <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article17" class="spip_in">forge de Nogarot</a> pour remplacer celle de Louvie. Il acheta en 1678 la <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article56" class="spip_in">forge du milieu</a> que Jean Cosme de Claverie avait fait construire en aval des Herrères d'Aucun. Il eut de violents conflits et de nombreux procès avec les communautés d'Asson, de Bruges, de Capbis et de Louvie-Juzon qui contestaient ses droits seigneuriaux. On tenta, dit-on, de l'assassiner en 1660 et à nouveau en 1661 [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-5" name="nh4-5" id="nh4-5" class="spip_note" title='[5] Abbé Bonnecaze, « Histoire particulière des villes, bourgs et villages (...)' >5</a>].</p> <dl class='spip_document_313 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Eglise_de_Saint-Paul.jpg" title='JPG - 86.4 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L80xH120/Eglise_de_Saint-Paul-d828b-ecfe9.jpg' width='80' height='120' alt='JPG - 86.4 ko' style='height:120px;width:80px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>L'ancienne église de Saint-Paul d"Asson</strong></dt> <dd class='spip_doc_descriptif' style='width:120px;'>Démolie en 1906.</dd> </dl> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1689 : Paul d'Incamps, fit construire à proximité de la forge d'Asson une chapelle dédiée à Saint-Paul [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-6" name="nh4-6" id="nh4-6" class="spip_note" title='[6] L&#39;église de Saint-Paul d&#39;Asson est celle qui figure sur la carte postale ; (...)' >6</a>], pour permettre aux travailleurs des forges de trouver sur place, sans se rendre à Asson, un service religieux - et aussi pour assurer le salut de son âme. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1735 : Jean-François César d'Incamps, fils de Paul, fit ériger en 1749, la chapelle de Saint-Paul en église, ce qui créa une nouvelle paroisse indépendante. Il mourut sans descendance. Or, sa sœur, Marie, avait épousé en 1729, Étienne Germain d'Angosse, baron de Corbères [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-7" name="nh4-7" id="nh4-7" class="spip_note" title='[7] R. Ancely, La baronnie de Corbères et l&#39;histoire de la vie d&#39;un seigneur (...)' >7</a>], scellant ainsi l'alliance des deux familles. En 1772, c'est donc son neveu Jean-Paul d'Angosse qui hérita de ses biens, de ses titres, de ses droits et de ses procès.</p> <p class="spip"><a name="Angosse"></a> <strong class="spip">Les Angosse</strong> [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-8" name="nh4-8" id="nh4-8" class="spip_note" title='[8] Liste établie d&#39;après Pierre Machot, L&#39;industrie sidérurgique dans les (...)' >8</a>]</p> <p class="spip">Les Angosse poursuivirent l'œuvre des Incamps. Ils surent traverser la difficile période révolutionnaire au mieux de leurs intérêts, et en sortirent même renforcés, ayant obtenu que leurs droits seigneuriaux deviennent des titres de propriété. En 1825, ils contrôlaient totalement la production de fer dans l'est du Béarn.</p> <dl class='spip_document_25 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Jean_Paul_d_Angosse.jpg" title='JPG - 215.7 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L98xH120/Jean_Paul_d_Angosse-ca5c2-14d9d.jpg' width='98' height='120' alt='JPG - 215.7 ko' style='height:120px;width:98px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Jean-Paul d'Angosse</strong></dt> </dl> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1772 : <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article22" class="spip_in">Jean-Paul d'Angosse</a>. Sénéchal et gouverneur d'Armagnac, marquis de Louvie. Il est peut-être le seul à avoir dirigé directement les forges, en tout cas pendant la Révolution. Il y fut secondé par son fils Armand pendant toute la période révolutionnaire. Il obtint la création de la communauté indépendante d'Arthez-d'Asson, accordée en 1787, malgré l'opposition d'Asson. Il eut à faire face à de nombreux conflits, avec <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article78" class="spip_in">Jean-Baptiste d'Augerot</a>, propriétaire de la <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article13" class="spip_in">forge de Béon</a> qui tenta de s'emparer de la mine de Baburet, avec les martineteurs de Ferrières, avec les autorités. Il entreprit la construction de la <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article69" class="spip_in">forge d'Isale</a>, en Ossau. <a name="Armand"></a> <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1798 : Armand d'Angosse [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-9" name="nh4-9" id="nh4-9" class="spip_note" title='[9] Voir aussi, dans Wikipedia, l&#39;article de P. Machot, Armand (...)' >9</a>] qui fut le premier maire d'Arthez-d'Asson ; il dirigea les forges pendant quelques années, avant de les remettre, en 1809, entre les mains de son frère ainé Charles. Il se consacra alors à ses propriétés de Corbères et à ses fonctions de président du Conseil général des Basses-Pyrénées. <a name="Charles"></a> <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1809 : Charles d'Angosse, marquis d'Angosse [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-10" name="nh4-10" id="nh4-10" class="spip_note" title='[10] Voir aussi, dans Wikipedia, l&#39;article de P. Machot, Charles (...)' >10</a>], fils ainé de Jean-Paul d'Angosse. À la Révolution, il émigra en Espagne, puis au Portugal et rejoignit l'armée de Condé. Rentré en France en 1801, il se rallia franchement à Napoléon. Il fut nommé chambellan par Napoléon Ier, en 1806, comte d'Empire en 1810, préfet des Landes en 1811, préfet du Haut-Rhin pendant les Cent-Jours. Après la Restauration, il reprit son titre de marquis, puis fut nommé pair de France. Il racheta, en 1825, la forge de Béon. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1835 : Casimir d'Angosse, comte d'Angosse [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-11" name="nh4-11" id="nh4-11" class="spip_note" title='[11] Voir aussi, dans Wikipedia, l&#39;article de P. Machot, Casimir (...)' >11</a>], frère d'Armand et de Charles. Après la mort de Charles en 1835, Casimir avait reçu la nue-propriété des forges et du domaine. Mais c'est Armand qui en avait l'usufruit et qui s'occupa à nouveau de la gestion des forges.</p> <dl class='spip_document_314 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Ecuries_du_chateau.jpg" title='JPG - 96.8 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L120xH79/Ecuries_du_chateau-dc1c4-f9331.jpg' width='120' height='79' alt='JPG - 96.8 ko' style='height:79px;width:120px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Les écuries du château des forges</strong></dt> </dl> <p class="spip"><a name="1838"></a> <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1838 : Charles d'Angosse, marquis d'Angosse, fils de Casimir. Mais c'est Armand d'Angosse qui continua à diriger les forges jusqu'à sa mort en 1852. Charles géra, ensuite, le domaine et les forges jusqu'à la fermeture définitive des forges en 1866. C'est probablement lui qui fit aussi construire les belles écuries du château. Il tenta ensuite de maintenir une certaine activité : vente de minerai de Baburet, resté sur le carreau de la mine et production de charbon de bois.</p> <p class="spip"><strong class="spip">Après la fermeture des forges en 1866</strong> [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb4-12" name="nh4-12" id="nh4-12" class="spip_note" title='[12] Liste établie d&#39;après Émile Pujolle, « La mine de Fer de Baburet, de la (...)' >12</a>]</p> <p class="spip">La concurrence des fers et aciers provenant des hauts-fourneaux de l'industrie sidérurgique entraîna la fermeture des forges à la catalane dans toutes les Pyrénées. Ce n'était pas la qualité des produits qui était en cause, ni les coûts de production, mais les quantités de fer que l'on pouvait produire.</p> <p class="spip">Une succession confuse de ventes et reventes précéda la création de la « Société des mines de Baburet » en 1926.</p> <dl class='spip_document_28 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Domaine_d_Angosse.jpg" title='JPG - 325.4 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L120xH80/Domaine_d_Angosse_VIGNETTE-f494c.jpg' width='120' height='80' alt='JPG - 325.4 ko' style='height:80px;width:120px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Le domaine d'Angosse en 1929</strong></dt> </dl> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1873 : Casimir d'Angosse, à la mort de son père Charles. Il vendit, en 1875, le domaine à sa sœur Gabrielle, épouse du vicomte de Borelli, <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1875 : Gabrielle d'Angosse tenta brièvement, en 1898, de reprendre une activité d'exploitation du minerai de Baburet. Elle vendit finalement le domaine à Mme Laquiante en 1906. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1906 : Mme Laquiante, propriétaire à Paris. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1911 : Léon Rochet, d'Oloron qui acheta la propriété le 8 mai pour la revendre le 1er juin. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1911 : MM. Theys, ingénieur et Moselli, agent de change de Bruxelles. <a name="1919"></a> <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1919 : M. Lafargue, de Paris qui afferma la propriété à MM. Quentin et Gazin. Ceux-ci créèrent la société « Mines et Hauts-Fourneaux de Ferrières ». En faillite en 1922, après avoir entrepris quelques travaux à Baburet. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1922 : La « Société anonyme des mines et fonderies de Baburet » associant Gazin et Cuvelier, ingénieur, mandataire de M. Quentin. Ils entreprirent la construction des bâtiments de la mine et le percement d'une nouvelle galerie, la 620. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1923 : MM. Dutournier, banquier à Pau, et Bourgeois, rentier, d'Annemasse, rachetèrent à Lafargue le « domaine d'Angosse ». La « Société anonyme des mines et fonderies de Baburet » était toujours concessionnaire. Ils fondent la « Société anonyme des mines de Baburet ». Il s'ensuivit une série de procès mêlant les intérêts de tous les précédents propriétaires depuis Léon Rochet - qui se disait encore titulaire de la concession minière de Baburet. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1926 : « La Société anonyme des mines de Baburet » obtient la concession de la mine, qu'elle exploita, avec de nombreux avatars, jusqu'en 1962. C'est elle qui construisit la voie ferrée minière. <br /><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> 1963 : La commune de Louvie-Soubiron réussit de justesse à acheter les 85 % du territoire communal qui faisaient partie du « domaine d'Angosse ». Cet achat met fin aux conflits qui opposèrent la communauté à ses seigneurs puis aux propriétaires du domaine pendant 556 ans.</p></div> <hr /> <div class='rss_notes'><p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-1" name="nb4-1" class="spip_note" title="Notes 4-1">1</a>] Liste établie d'après J.B. Laborde, « La mine de fer de Baburet et les anciennes forges de la vallée de l'Ouzoum ». <i class="spip">Le Patriote des Pyrénées</i>, 28-30 juillet 1930. <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article62" class="spip_in">Voir l'article de J.B. Laborde </a> sur le site.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-2" name="nb4-2" class="spip_note" title="Notes 4-2">2</a>] Ce plan date de 1813, il entérine des limites territoriales fixées depuis des siècles.Sur le <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article59" class="spip_in">plan cadastral napoléonien</a>, on pourra noter les « fours de la mine de Baburet » et la « vieille forge de Louvie ». Montage de la feuille TA1 (tableau d'assemblage) réalisé d'après les images mises en ligne sur le site SIG 64 du Conseil général.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-3" name="nb4-3" class="spip_note" title="Notes 4-3">3</a>] En 1538, Jean de Louvie se présentait comme « premier ruffebaron du Béarn », c'est à dire le premier après les barons. Toutefois, ce ne fut qu'en 1615 que les deux villages de Listo et de Louvie-Soubiron furent conjointement élevés en ruffebaronnie. Cf. Paul Raymond, <i class="spip">Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées</i>, 1863, Paris, Imprimerie impériale, p. 105.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-4" name="nb4-4" class="spip_note" title="Notes 4-4">4</a>] Il s'agit d'un fief dont la localisation reste à déterminer. Ce n'est sans doute pas Lendresse. Lendros ne figure pas dans le Dictionnaire topographique de Paul Raymond, op. cité.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-5" name="nb4-5" class="spip_note" title="Notes 4-5">5</a>] Abbé Bonnecaze, <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article115" class="spip_in">« Histoire particulière des villes, bourgs et villages principaux du Béarn »</a>, <i class="spip">Études historiques et religieuses du Diocèse de Bayonne</i>, huitième année, 1899. Notice Asson, p. 8 et 78. Les attentats avaient été commandités, nous dit Bonnecaze, par la communauté d'Asson. Il n'y a pas de preuves de ces allégations.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-6" name="nb4-6" class="spip_note" title="Notes 4-6">6</a>] L'église de Saint-Paul d'Asson est celle qui figure sur la carte postale ; on peut en effet supposer qu'il n'y eut guère de transformations entre sa construction en 1690 et sa destruction, en 1906, quand elle fut remplacée par l'église moderne d'Arthez-d'Asson. Ce type d'église du XVIIe ou XVIIIe siècles se retrouve dans plusieurs villages de montagne.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-7" name="nb4-7" class="spip_note" title="Notes 4-7">7</a>] R. Ancely, <i class="spip">La baronnie de Corbères et l'histoire de la vie d'un seigneur béarnais au XVIIIe siècle</i>, Pau, Imp. commerciale des Pyrénées.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-8" name="nb4-8" class="spip_note" title="Notes 4-8">8</a>] Liste établie d'après Pierre Machot, <i class="spip">L'industrie sidérurgique dans les Pyrénées occidentales (1803-1868)</i>, Thèse d'histoire, Paris I Panthéon Sorbonne, 2000.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-9" name="nb4-9" class="spip_note" title="Notes 4-9">9</a>] Voir aussi, dans Wikipedia, l'article de P. Machot, <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Armand_d%27Angosse" target="_blank">Armand d'Angosse</a></p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-10" name="nb4-10" class="spip_note" title="Notes 4-10">10</a>] Voir aussi, dans Wikipedia, l'article de P. Machot, <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_d%27Angosse" target="_blank">Charles d'Angosse</a></p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-11" name="nb4-11" class="spip_note" title="Notes 4-11">11</a>] Voir aussi, dans Wikipedia, l'article de P. Machot, <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Casimir_d%27Angosse" target="_blank">Casimir d'Angosse</a></p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh4-12" name="nb4-12" class="spip_note" title="Notes 4-12">12</a>] Liste établie d'après Émile Pujolle, « La mine de Fer de Baburet, de la fermeture des forges à la fin de l'exploitation minière (1866-1962) », <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article86" class="spip_in"><i class="spip">Revue d'histoire industrielle, n° 1</i></a>, 2006, Éditions Izpegi.</p></div> La mine de Clot Méné http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article15 http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article15 2015-06-10T12:34:00Z text/html fr Émile Pujolle 2 Mines de fer <dl class='spip_document_514 spip_documents spip_documents_left' style='float:left;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Entree_de_Clot_Mene_2.jpg" title='JPG - 116.8 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L81xH120/Entree_de_Clot_Mene_2-1a23a.jpg' width='81' height='120' alt='JPG - 116.8 ko' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Clot Méné</strong></dt> <dd class='spip_doc_descriptif' style='width:120px;'>Entrée de la galerie supérieure (cote 970). © Henri Saubatte</dd> </dl> <p class="spip">La mine de fer de Clot Méné est située sur la rive gauche du ruisseau de Laussiès. Elle fut explorée à deux reprises : en 1898 et surtout à partir de 1938. Malgré les moyens employés, aucune découverte significative de minerai n'y fut faite.</p> <hr class="spip" /> <dl class='spip_document_642 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/pdf/RAPPORT_Kulbicki.pdf" title='PDF - 4.9 Mo' type="application/pdf"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/dist/vignettes/pdf.png' width='52' height='52' alt='PDF - 4.9 Mo' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Rapport KULBICKI (1948)</strong></dt> </dl> <p class="spip">Des informations supplémentaires, des plans et des coupes figurent dans le rapport d'exploration réalisé en 1948 par M. Kulbicki, assistant à la faculté de Toulouse.</p> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/dist/puce.gif" width="8" height="11" alt="-" /> Ce rapport a été mis en ligne, en 2013, sur le site "<a href="http://infoterre.brgm.fr/" class="spip_out">Infoterre</a>" du BRGM.</p> - <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?rubrique13" rel="directory">2 Mines de fer</a> <div class='rss_chapo'><p class="spip">La mine de fer de Clot Méné est située sur la rive gauche du ruisseau de Laussiès. Elle fut explorée à deux reprises : en 1898 et surtout à partir de 1938. Malgré les moyens employés, aucune découverte significative de minerai n'y fut faite.</p> <hr class="spip" /> <dl class='spip_document_642 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/pdf/RAPPORT_Kulbicki.pdf" title='PDF - 4.9 Mo' type="application/pdf"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/dist/vignettes/pdf.png' width='52' height='52' alt='PDF - 4.9 Mo' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Rapport KULBICKI (1948)</strong></dt> </dl> <p class="spip">Des informations supplémentaires, des plans et des coupes figurent dans le rapport d'exploration réalisé en 1948 par M. Kulbicki, assistant à la faculté de Toulouse.</p> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/dist/puce.gif" width="8" height="11" alt="-" /> Ce rapport a été mis en ligne, en 2013, sur le site "<a href="http://infoterre.brgm.fr/" class="spip_out">Infoterre</a>" du BRGM.</p> <hr class="spip" /> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/dist/puce.gif" width="8" height="11" alt="-" /> Article de juin 2008</p></div> <div class='rss_texte'><center> <iframe width="425" height="350" frameborder="0" scrolling="no" marginheight="0" marginwidth="0" src="http://www.geoportail.gouv.fr/embed/visu.html?c=-0.29813624612428274,43.01128422004811&z=0.00004291534423764136&l=ORTHOIMAGERY.ORTHOPHOTOS::GEOPORTAIL:OGC:WMTS(1)&l=GEOGRAPHICALGRIDSYSTEMS.MAPS.3D::GEOPORTAIL:OGC:WMTS==aggregate(1)&permalink=yes" allowfullscreen></iframe> </center> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> Localisation de la <a href="http://geoportail.fr/url/7F7VDx" class="spip_out">mine de Clot méné</a> sur Géoportail</p> <h3 class="spip">Exploitation ancienne</h3> <p class="spip">Le gisement de Clot Méné affleure entre les cotes 1015 et 1030 environ, au nord de l'entrée de la galerie 970.</p> <blockquote class="spip"> <p class="spip">À ce niveau, il est incontestable qu'on rencontre les restes d'anciennes exploitations. Il y reste encore une tranchée de direction SO d'une quinzaine de mètres de large ; le fond en est occupé par des menus. Des trous d'une centaine de mètres cubes montrent sur leurs flancs des plaquages d'hématite, le minerai en ayant été extrait [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-1" name="nh7-1" id="nh7-1" class="spip_note" title='[1] Rapport de M. Kulbicki, page 2' >1</a>] .</p> </blockquote> <h3 class="spip">Campagne d'exploration (1898-1899)</h3> <dl class='spip_document_514 spip_documents spip_documents_right' style='float:right;width:120px;'> <dt><a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/IMG/jpg/Entree_de_Clot_Mene_2.jpg" title='JPG - 116.8 ko' type="image/jpeg"><img src='http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L81xH120/Entree_de_Clot_Mene_2-1a23a-98879.jpg' width='81' height='120' alt='JPG - 116.8 ko' style='height:120px;width:81px;' class='' /></a></dt> <dt class='spip_doc_titre' style='width:120px;'><strong>Clot Méné</strong></dt> <dd class='spip_doc_descriptif' style='width:120px;'>Entrée de la galerie supérieure (cote 970). © Henri Saubatte</dd> </dl> <p class="spip">Le gisement de Clot Méné avait été exploré, depuis son affleurement supérieur, pendant la « <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article19#recherches" class="spip_in">campagne de recherches</a> » 1898-1899. Selon les rapports de Ingénieurs des Mines [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-2" name="nh7-2" id="nh7-2" class="spip_note" title='[2] Arch. Nat. F 14 8339. Procès verbal de visite de la mine de fer de (...)' >2</a>] , quatre mineurs et deux manœuvres ouvrirent alors de « nouveaux travaux, sur un banc calcaire très fracturé dans lequel est encaissé le filon de fer ». Ces travaux se développent en un seul niveau et forment une galerie tortueuse à six ramifications [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-3" name="nh7-3" id="nh7-3" class="spip_note" title='[3] Galerie supérieure à la cote 970. Voir la photographie de H. Saubatte et (...)' >3</a>]. On rencontra d'abord sur la droite « une assez grande crevasse naturelle », mais les reconnaissances effectuées en la franchissant n'aboutirent à aucune découverte. Sur la gauche, une galerie de 80 mètres traversa « un gîte de fer irrégulier, encore mal défini ». Du 15 septembre 1898 au 1er avril 1899, environ 200 tonnes d'hématite brune furent extraites et laissées sur le carreau.</p> <h3 class="spip">Travaux et tentatives d'exploitation (1938-1952)</h3> <p class="spip">En février 1938, la Société des Mines de Baburet y ouvrit un chantier de recherches [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-4" name="nh7-4" id="nh7-4" class="spip_note" title='[4] Voir les « Cahiers d&#39;avancements », rédigés par les directeurs successifs de (...)' >4</a>] . Un sentier d'accès de 3 km fut tracé depuis <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article19" class="spip_in">Baburet</a>. On construisit, vers 960 m d'altitude, un baraquement [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-5" name="nh7-5" id="nh7-5" class="spip_note" title='[5] On en trouve des traces de mur à 25 m environ à l&#39;ouest de l&#39;entrée de la (...)' >5</a>]. On y transporta un petit compresseur et on entreprit le creusement de deux travers bancs pour atteindre ce qu'on espérait être le cœur du gisement : la « galerie médiane » au niveau 930 et la « galerie inférieure » au niveau 837, avec une dizaine d'ouvriers en moyenne.</p> <p class="spip">Les travaux furent rapidement « entravés par des entrées d'eau importantes ». Le 31 mai 1938, « à 11 h 40, une mine a explosé prématurément au moment de la mise à feu. Un aide mineur a été tué sur le coup, un mineur et un manœuvre blessés gravement ». En avril 1939, « la galerie se poursuit dans un calcaire rouge semblant annoncer une zone minéralisée ». En mai 1939, le chantier fut interrompu « par suite d'accident survenu au compresseur ». On avait alors percé 249 m de galeries qui n'avaient traversé que des « schistes noirs et durs en partie désagrégés » nécessitant un boisage.</p> <p class="spip">Puis, les travaux furent suspendus jusqu'en décembre 1939, où on commença l'installation d'une canalisation d'air comprimé, de 3 km de long, depuis les compresseurs installés à Baburet jusqu'à Clot Méné. Après un nouvel arrêt des travaux, les tuyauteries furent installées, en avril et mai 1940.</p> <p class="spip">Après 1940, des travaux furent poursuivis sporadiquement, sans qu'il soit possible d'en trouver une relation précise, ni même une mention dans les rapports des ingénieurs des Mines . On trouve cependant, dans le cahier d'avancements de la période 1952-1962, une « récapitulation des longueurs effectivement creusées ou remises en état » rédigée par le directeur de l'époque, M. Rabat, pour son rapport annuel de 1952. Cette année-là, une dernière campagne de recherche eut lieu du 12 mai au 5 août. Elle permit le creusement de 40 mètres de « dérivations » au niveau 937 et de 14 m au niveau 830.</p> <p class="spip">On avait en même temps [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-6" name="nh7-6" id="nh7-6" class="spip_note" title='[6] La piste apparait sur les photographies aériennes de 1951 mises en ligne (...)' >6</a>] entrepris la construction, de Ferrières à Clot Méné, d'une piste de 3,5 km de long, large de 4 m. Depuis le « pont de la mine » à Ferrières, elle suivait la rive gauche de l'Ouzoum qu'elle franchissait au « Pont de la Fargue [<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nb7-7" name="nh7-7" id="nh7-7" class="spip_note" title='[7] Ainsi nommé car il franchit l&#39;Ouzom en face de l&#39;emplacement de l&#39;ancienne (...)' >7</a>] ». En amont du confluent avec le ruisseau de Laussiès, une passerelle permettait de repasser sur la rive gauche de l'Ouzom et d'accéder à la rive droite du Laussiès. Une deuxième passerelle franchissait ensuite le Laussiès, puis une série de cinq virages en lacets sur une pente abrupte conduisait, par une longue partie rectiligne, à l'entrée de la galerie inférieure. À cette époque, on y faisait circuler un « vieux tracteur » tirant une remorque.</p> <p class="spip">En 1952, le niveau 837 comprenait donc : un travers banc de 341 m, avec deux dérivations de 162 m et 44 m, à environ 205 m de l'entrée. Le niveau 937 (anciennement 930) comprenait un travers banc de 166 m et trois dérivations de 69, 97 et 14 m. M. Rabat précise : « nature du terrain, calcaire partout ».</p> <p class="spip">De 249 m en 1940, on était donc passé à 900 m de développement en 1952 - année où l'on n'a avancé que de 54 m. Entre temps, de 1940 à 1951, on avait donc creusé quelque 600 m de galeries. Au rythme moyen des avancements men-suels - de l'ordre de 10 m par poste de travail - ces 600 m représentaient donc 60 mois de travail à un poste d'abattage.</p> <p class="spip">Clot Méné fut donc un espoir déçu : l'exploitation d'un second gîte sur la concession de Baburet aurait pu permettre une augmentation significative de l'extraction. Un travail important avait pourtant été effectué, de 1938 à 1952, pour reconnaître le gisement. L'arrêt définitif des recherches en août 1952 peut s'expliquer par le manque de résultats concrets, aucune minéralisation significative n'ayant été découverte. Le seul indice intéressant était donc celui de l'affleurement de la cote 995, reconnu en 1898-1899, dont furent extraites, à cette époque, à peine 200 tonnes de minerai.</p> <hr class="spip" /> <p class="spip"><strong class="spip">Cet article est extrait de</strong></p> <p class="spip"><strong class="spip">Émile Pujolle</strong>, « La mine de fer de Baburet, de la fermeture des forges à la fin de l'exploitation minière (1866-1962) », <i class="spip">Revue d'histoire industrielle des Pyrénées Occidentales</i>, 2006, n° 1, p. 57-92.</p> <p class="spip"><img src="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-68c92.gif" width='8' height='11' alt="-" style='height:11px;width:8px;' class='' /> Complété en juin 2015 avec des informations extraites du rapport de M. Kulbicki</p></div> <hr /> <div class='rss_notes'><p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-1" name="nb7-1" class="spip_note" title="Notes 7-1">1</a>] Rapport de M. Kulbicki, page 2</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-2" name="nb7-2" class="spip_note" title="Notes 7-2">2</a>] Arch. Nat. F 14 8339. Procès verbal de visite de la mine de fer de Baburet, 9 juin 1899.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-3" name="nb7-3" class="spip_note" title="Notes 7-3">3</a>] Galerie supérieure à la cote 970. Voir la photographie de H. Saubatte et les plans de M. Kulbicki</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-4" name="nb7-4" class="spip_note" title="Notes 7-4">4</a>] Voir les « Cahiers d'avancements », rédigés par les directeurs successifs de la mine de Baburet. Arch. privées.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-5" name="nb7-5" class="spip_note" title="Notes 7-5">5</a>] On en trouve des traces de mur à 25 m environ à l'ouest de l'entrée de la galerie 970</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-6" name="nb7-6" class="spip_note" title="Notes 7-6">6</a>] La piste apparait sur les photographies aériennes de 1951 mises en ligne sur Géoportail. Elle n'existe pas sur celles de 1948.</p> <p class="spip_note">[<a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/#nh7-7" name="nb7-7" class="spip_note" title="Notes 7-7">7</a>] Ainsi nommé car il franchit l'Ouzom en face de l'emplacement de l'ancienne <a href="http://feretsavoirfaire.org/index.php/includes/dist/IMG/gif/IMG/pdf/IMG/pdf/IMG/jpg/IMG/png/IMG/jpg/spip.php?article14" class="spip_in">forge de Louvie</a>.</p></div> Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur MySQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.